Choisir un métier : restons calmes et soyons clairs

Choisir un métier : restons calmes et soyons clairs

Cet article est long.

Je ne compte pas sucrer des fraises. L’article est pour ceux qui sont en train de se faire des cheveux blancs sur la question. Pour les autres, il y a la conclusion.


Des conseils variés

La question du choix du job est énorme. Sa taille n’a d’égal que le désordre des conseils qui s’y rapportent.
Qu’a-t-on pu vous dire ?

Parent : Mon enfant, tu seras médecin !
Ta tante : Fais ce que tu aimes, le principal c’est d’être heureux !
Ton prof du lycée : Faites ça, vous êtes bon et vous trouverez un job à coup sûr.
Ton prof du supérieur : Voici les entreprises qui recrutent les élèves : […]
Ton oncle : Fais ça, tu deviendras riche.
La société : Trouve-toi un CDI et honte à toi de chercher à t’enrichir.
La conseillère d’orientation : Tenez, voici les 500 pages de renseignement sur les 15 métiers qui correspondent aux résultats de votre test.
Ton pote : JE SAIS PAAAAS

Votre pote a raison, il essaye de trouver ce qu’il veut pour lui-même. Comme en témoignent ses cernes et son teint livide : c’est difficile et ça fait un peu peur.

Problème intéressant, je me suis penché sur la question de manière frontale.

Ce qui m’a le plus servi

Conditions : la tranquillité d’esprit et le temps ;
Ressources externes : ce que je trouve sur internet et qui me semble de qualité ;
Ressources internes : de la concentration et mes expériences de travail et professionnelles.

Aujourd’hui, je partage aux Kodoriciens un condensé des généralités qui en sont ressorties et qui, j’espère, vous aideront à prendre des décisions. Sans doute que ces généralités seront agrémentées de partis pris, mais je compte sur vous pour en tirer ce qui résonne avec vous 😃.

Vous trouverez ci-après un résumé, suivi de l’argumentation. Si vous comptez tout lire, je conseille de lire le résumé à la fin 😉.


En résumé

Choses à chercher

🔵 Un travail qui assure ma survie (et éventuellement celle de ceux que j’ai à ma charge)
🔵 Un travail engageant
🔵
Un travail qui me laisse du temps et de la volonté libres, à balancer avec 🔵 un travail qui optimise l’impact que je veux avoir sur le monde (travail direct, pouvoir d’influence, salaire, investissement de carrière, talents transférables)
🔵 Un travail entouré de collègues dont je peux recevoir de l’aide (= des alliés)

Choses à éviter

🔴 Paie injuste ; 🔴 insécurité de l’emploi ; 🔴 gros déplacements ; 🔴 temps de travail trop long

Les critères sur-estimés

▪Professionnaliser une passion
▪Le gros salaire à l’année, en tant que fin


Argumentation

À quoi me sert le job ?

Le job est une occupation majeure. Pour une décision de cette taille, j’ai jugé bon de prendre un maximum de recul pour pouvoir regarder l’image générale.
D’où la question : À quoi me sert le job ?

Se poser la question permet notamment de modifier la décision « évidente » pour qu’elle réponde le mieux à son besoin.

Néanmoins, j’ai le sentiment qu’en société, la question est très peu discutée. Peut-être que c’est parce que la réponse est évidente, ou parce que personne n’ose répondre à la question, ou parce qu’on se fie tous à tous. Peu importe, c’est parti.

Le job comme action qui me fait avancer

Une profession, c’est un grand projet qui est censé être une solution au fait de faire progresser ma vie.

Censé : eh oui on peut se tromper
Progresser : c’est-à-dire aller dans la bonne direction
Vie : le grand projet dont je suis responsable

En effet, on peut dire que vous avez des buts plus ou moins explicites dans votre vie. Ce sont les choses que vous voulez le plus être et que vous voulez le plus faire.

Vous noterez que je n’ai pas dit « les choses que vous voulez le plus avoir ».

Ainsi le choix de votre job devrait être subordonné à ces buts.

Dans cet article, je vais supposer que vous connaissez suffisamment ces buts pour guider vos choix vers eux.

D’ailleurs, si ce n’est pas le cas, c’est que Kodori et vous avez encore du travail ✊ !

Influences du travail dans les 4 domaines de sa vie

Les Quatre Domaines sont un objet de ma concoction, dont, soit dit entre nous, je suis très satisfait 😋.

Ils servent à classer vos buts et à décrire la dynamique de vos buts, c’est-à-dire les relations qu’ils ont entre eux. En effet, ils s’influencent. Par exemple, seul un certain succès de votre Domaine Personnel 👽 vous fournira les capacités d’honnêteté et l’intention d’amour nécessaires au succès dans votre Domaine Relationnel 💕.

Je vais évaluer le job selon chacun des domaines.

Les Quatre Domaines

Les Quatre Domaines sont les suivants :

Le Domaine N 🌂 : Ma survie (Nécessaire)
Le Domaine P 👽 : Mon épanouissement individuel (Personnel)
Le Domaine R 💕 : L’épanouissement de mes relations avec mes proches (Relationnel)
Le Domaine S 👐 : Le service que je rends à des inconnus (Service)

Dynamique et caractéristiques des Domaines

▪Le Domaine R 💕 est le plus important à votre bonheur.
R💕 nécessite du Temps+Énergie, et de la satisfaction dans P👽.
P👽 demande du Temps+Énergie.
N🌂 est un dépensier inévitable de Temps+Énergie.
▪C’est la satisfaction dans R💕 qui procure une envie sincère d’altruisme (donc de S👐), et les moyens émotionnels pour la satisfaire.

Ma survie | Le Domaine N 🌂

But premier : j’aimerais avoir un corps qui fonctionne bien, éloigné des dangers physiques.
But second : j’aimerais le faire tout en économisant un maximum de temps pour les domaines suivants.

Il faut que je puisse manger, boire, dormir, ne pas avoir froid, ne pas être malade, il faut donc que je me loge, paye mes factures, me procure de quoi avoir à manger. Certes, N🌂 est un dépensier inévitable de Temps+Énergie, mais comme nos sociétés sont assez évoluées, on peut échanger de l’argent pour que quelqu’un d’autre remplisse ce besoin pour nous. Ainsi on gagne beaucoup de temps.
Ex : le supermarché vous permet d’obtenir facilement des légumes que vous n’avez pas eu à cultiver. La restauration vous fait manger un plat préparé sur simple demande, sans faire les courses, cuisiner ni faire la vaisselle. Le réseau de distribution d’eau vous fait couler de l’eau potable dans votre lavabo.

Nous avons des technologies incroyables dont rêveraient les rois d’hier.

Critères positifs 🔵 les plus puissants pour ce domaine

0. Gagner de quoi vivre [⭐⭐⭐⭐⭐]
Le minimum est d’assurer votre survie, et celles de ceux que vous avez à votre charge.

Wi-fi please

1. La stabilité de l’emploi [⭐⭐⭐], qui donne notamment accès à beaucoup de choses en France. La location par exemple.
2.
Gagner en plus de quoi accéder à des services qui font gagner beaucoup de temps [⭐⭐⭐⭐⭐] ;
L’argent permet d’activer des technologies qui vous font gagner du temps. Genre des machines ou des services qui vous trouvent un logement, livrent des courses, lavent votre vaisselle, nettoient votre maison, bricolent des réparations, etc. Cet argent peut être investi pour qu’il en rapporte plus sur le long-terme. Le gain de temps, lui, est extrêmement précieux.

Critère négatif 🔴 majeur

Un travail qui déf**ce la santé. Défaut très fort [🔺🔺🔺🔺🔺], à éviter.

Mon épanouissement individuel | Le Domaine Personnel 👽

Un ensemble de vos buts existe pour vous épanouir individuellement. Ça veut dire améliorer le rapport qu’il y a entre le vous de la réalité 👤 et l’être authentique qui est en vous 👽. Il s’agit de révéler le potentiel de cet alien, et d’aimer cet alien. Dans toute sa complexité et son unicité. Vous gagnez en popularité à vos propres yeux.

Ex : Je veux savoir danser le Blues. Je veux outrepasser mes peurs sociales. Je veux savoir faire des raisonnements de Physique. Je veux être le meilleur à Super Smash Bros Melee. Je veux comprendre le film Primer.

Un des intérêts de l’épanouissement individuel est l’atteinte d’une indépendance émotionnelle.

Dépendance, indépendance, interdépendance : définitions dans l’article sur les 7 habitudes

Critères positifs 🔵 les plus puissants

1. Des collègues dont je peux recevoir de l’aide [⭐⭐⭐]
Quoi de plus agréable qu’être entouré de gens qui poursuivent en pratique des buts communs ? De gens qui ont une mentalité de progrès collectif  ? d’alliés ?

Non moi j’adore la compétition malsaine et le succès rationné 😍

2. Le caractère engageant du travail [⭐⭐⭐⭐⭐]
Un travail engageant est un travail qui vous fera entrer en état de flow. Pour reprendre la formulation de wikipedia :

Le flow est un état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement plongée dans une activité, et se trouve dans un état maximal de concentration, de plein engagement et de satisfaction dans son accomplissement.

[…] Six aspects entourant une expérience de flow :

1. Concentration intense focalisée sur le moment présent.
2. Disparition de la distance entre le sujet et l’objet.
3. Perte du sentiment de conscience de soi.
4. Sensation de contrôle et de puissance sur l’activité ou la situation.
5. Distorsion de la perception du temps.
6. L’activité est en soi source de satisfaction (une expérience qualifiée d’autotélique).

Ça a pu vous arriver dans une activité créative, un sport, un jeu vidéo, etc. Cet état est sans doute l’expérience active du présent la plus satisfaisante qu’il nous soit donnée de vivre.

Le plus simple pour moi pour le ressentir est de résoudre une énigme logique, jouer à SSBM (jeu vidéo), jouer au baby-foot.

C’est un niveau au-dessus du plaisir simple et immédiat, il va sans dire. En particulier, les six aspects ne comportent pas : absence de douleur physique, absence d’effort, motivation par le résultat obtenu.

Pour être incollable sur l’état de flow et comprendre son importance, cf. le livre Flow (lien en fin d’article)

Cet état de flow est satisfaisant au quotidien et donne un sentiment de compétence. Ce qui est bien pour révéler le potentiel de cet alien 👽. Et ce qui me semble pratique, c’est qu’il n’est pas nécessaire que l’activité soit « votre passion » pour qu’elle soit agréable.

Bah tiens, justement…

Un critère sur-estimé 🤔 : professionnaliser une passion

Une position facilement enviable est celle de ceux qui vivent de leur passion. Passion au sens de hobby.
Je pense que c’est sur-estimé. En tout cas, le job ne sera pas une satisfaction complète.

En effet, ce que j’aime dans une passion, c’est que je peux l’interrompre à tout moment, que les directions dans lesquelles je vais sont complètement soumises à mes envies et à mes manières d’aborder le sujet. En particulier, je ne vise pas forcément la performance. Or, un job, lui, est orienté vers les résultats, la performance pour le client. Pour moi, la passion est orientée par le processus, par l’idée, par l’intention, par le fait de faire. La passion est telle car elle épouse ce que je suis. Elle m’aide à m’aimer et à progresser vers ce que j’admire.

Et ce que je suis n’est pas forcément ce qui sert.

Oui, vous devez composer des morceaux en plus grande quantité et de qualité plus mainstream pour que l’album se vende.
Oui, votre client vient de demander un design que vous trouvez moche.
Oui, je rejette ton livre que tu as mis 4 ans à écrire et qui est l’histoire de ta vie.
Non, tu ne vas pas continuer à jouer le personnage de Yoshi parce qu’il est trop faible et ne te fera pas gagner les cash prize du tournoi.

En plus, puisqu’il est difficile en pratique de vivre de sa passion, il faut être le meilleur, et donc encore plus servir les autres. Ça accentue le problème.

Nooon je ne veux pas être pragmatique

Enfin, il y aurait l’idée que, si le job est bien, on se passionne pour sa profession.

Critère(s) négatif(s) 🔴 majeurs

Comme dit plus haut :

P👽 demande du Temps+Énergie

1. Un job qui me prend trop de temps et trop d’énergie pour me consacrer à mes passions en outre. Je n’ai plus de temps libre, et lorsque j’en ai, ma barre de volonté est vide.
Mon avis : défaut fort [🔺🔺].

2. Un job qui viole des principes qui me sont chers : paie injuste, collègues et supérieurs irrespectueux.

Eh, il faut respecter son alien.

Mon avis : défaut fort [🔺🔺🔺].

L’épanouissement de mes relations avec mes proches | Le Domaine Relationnel 💕

Ce domaine peut se résumer ainsi : je veux des relations profondes avec des individus. Nous nous comprenons et nous aimons mutuellement.

Comme je l’ai dit plus haut,

Le Domaine R 💕 est le plus important à votre bonheur.

Je le pense fermement.

Critères positifs 🔵 (mais pas forcément très puissants)

1. Travailler avec ses amis, de l’expérience que j’ai eue, est super cool à vivre, si la relation est saine et intelligente. Résoudre des problèmes avec des amis, c’est très très stylé.
Mon avis : situation rare, non ? Sauf si vos collègues deviennent vos amis.

S’il vous plaît, ne m’obligez pas à aller à cet afterwork

Ha ! J’aimerais préciser en effet que fournir un bon travail d’équipe ne nécessite pas que l’on soit amis entre collègues, mais que l’on soit alliés.

2. Un réseau social filtré. Votre travail peut vous permettre de rencontrer des gens avec qui vous auriez des affinités, et qui pourraient devenir vos amis ou des partenaires amoureux. Votre boîte ou votre domaine attire peut-être une certaine faune, qui vous est favorable, ou non.
Mon avis : OK si vous n’avez pas encore trouvé votre tribu [⭐]. Sinon, [∙].

Personnellement, je laisse tomber la question « relations proches » pour le job, et préfère résoudre la question en outre.

Critère négatif 🔴 majeur

Un job qui me prend trop de temps (encore). En particulier, les relations fortes demandent un temps intrinsèque qui est irremplaçable par des objets ou l’utilisation de technologies.

‘paraît que la génération Y a tendance à l’oublier.

Mon avis : Défaut très très fort [🔺🔺🔺🔺🔺].

Eh oui,

R💕 nécessite du Temps+Énergie

La question de l’argent pour N, P et R : alerte à la confusion

À ce stade, on peut préciser que pour faire du bon N🌂, P👽 et R💕, question rémunération, le critère pertinent n’est pas le salaire à l’année, ce sont l’argent gagné à l’heure et le temps travaillé, rapportés au coût de la vie. On ne fait pas de P👽 ni de R💕 uniquement avec de l’argent. Ça facilite des choses, mais ce n’est certainement pas suffisant.

En gagnant 20 000 € / an, vous pouvez être largement « plus riche » que quelqu’un qui gagne 50 000€ / an, si vous travaillez deux fois moins longtemps. Et ne parlons pas du cas où vous vivriez dans un pays en voie de développement…

Ainsi, une bonne stratégie pour faire du N🌂, P👽 et R💕 dans sa vie est d’avoir un job qui prend peu de temps et avec un bon salaire horaire.

Le service que je fournis à des inconnus | Le Domaine du Service 👐

Ah, ça y est, tu parles des autres !

Le Domaine du Service 👐 rassemble vos buts altruistes. Je pense que tout le monde en a, même s’ils ne sont pas encore une priorité, parce que vous devez déjà vous occuper de votre propre indépendance. Donc je pense qu’on est déjà d’accord pour dire que bosser pour quelque chose de bien, c’est… bien.

👏👏👏

Merci c’est de moi 😎

Plus sérieusement, ça donne du sens à ce que l’on fait.

Aider rendrait heureux

En discutant avec les gens, je trouve que les paradigmes sur l’excellence ou le succès d’un job étaient assez divers. J’ai entendu des discours centrés sur le salaire, centrés sur le prestige intellectuel, centrés sur le statut, centrés sur la stabilité, centrés sur la passion. Mais les discours centrés sur la valeur rendue aux autres, honnêtement, je les ai rencontrés surtout sur internet par des conférenciers (conclusions d’études scientifiques) ou en lisant de la littérature entrepreneuriale.

Pendant ce temps, la science semble de plus en plus prouver qu’aider les autres est un ingrédient clé du bonheur.

Je ne dis pas qu’il y a causalité. Il y a au moins corrélation. Références en fin d’article

C’est une idée qui ne semble pas encore très répandue, ou peu relayée, je ne sais pas, mais je pense que c’est le point le plus remarquable de mes recherches. Une étude américaine menée sur 34 ans et 50313 participants avait par exemple montré que les personnes les plus satisfaites par leur job étaient membre du clergé, physiothérapeute ou pompier.

Demandez à ceux qui font du travail associatif / caritatif. Demandez au personnel médical. Demandez aux profs. Dites-moi ce qu’ils ont dit en commentaire.

Personnellement, j’ajouterais la nuance suivante, pour coller plus à mon expérience : c’est aider dans ce qui fait le plus sens pour soi qui donne la motivation supplémentaire pour faire des sacrifices. Je n’ai pas l’impression que tous les métiers d’aide me satisferaient.

Résoudre le problème de l’épanouissement interne a beaucoup plus de sens pour moi que vous soigner des maladies comme un médecin le ferait.

Enfin, je rappellerai ce que je crois :

La satisfaction dans R💕 procure une envie sincère d’altruisme (donc de S👐), et les moyens émotionnels pour la satisfaire

C’est quoi ton problème ?

Le rêve pour votre Domaine S, ce serait que vous vous consacriez à votre Mission Idéale. Votre Mission Idéale, c’est la réponse à la question suivante :

Si vous étiez logé, nourri, blanchi, et aimé sans conditions, qu’est-ce que vous voudriez faire pour les autres ?

Ex : Je veux participer à l’égalité des chances de succès. Je veux participer à la hausse du niveau de vie des gens les plus pauvres. Je veux participer à la conquête spatiale. Je veux participer au respect des animaux. Je veux participer à la transition énergétique. Je veux participer à la libération des tâches répétitives par l’humain. Je veux participer à l’éclaircissement du bien-être sexuel des femmes. Je veux aider les gens à réfléchir mieux.
Les problèmes du monde sont plutôt nombreux. Ça tombe bien, nous sommes nombreux nous aussi ✊✊✊.

Le succès dans S👐 : l’impact social

Le succès dans le Domaine du Service, tel que je le décris, se mesure à l’impact social que vous avez. À savoir :

Impact Social = Aide fournie par personne × Quantité de personnes

Cette formule simple invite à évaluer l’impact de :
▪ un chirurgien qui sauve des vies ;
▪ quelqu’un qui aide ce chirurgien à faire plus d’opérations ;
▪ un développeur qui code pour une application qui fait gagner 10 min/semaine à 1 000 000 de personnes ; le manageur de l’équipe de développeur ; le promoteur de l’application ;
▪ un entrepreneur qui développe une voiture électrique économiquement intéressante ;
▪ un blogueur qui écrit un article qui enseigne une bonne habitude, appliqué par 20 000 personnes ;
▪ un humoriste qui fait rire pendant 13 min/an 2 millions de personnes ;
▪ un membre développeur d’un jeu vidéo qui fait s’émerveiller pendant 50 heures plusieurs générations de joueurs ;
▪ les chercheurs qui ont travaillé sur le vaccin de la polio ou de la variole ; tous ceux qui les ont assisté pour qu’ils recherchent plus vite ;
▪ un entrepreneur qui démocratise l’ordinateur personnel ; le mec qui fait la compta de cette entreprise ;
▪ les mecs qui ont enterré des câbles pour faire marcher internet.

Les exemples sont légion, et moi-même je n’ai certainement pas beaucoup d’imagination en écrivant ces quelques lignes.

Le job est conçu pour pouvoir rendre Service

Le job est bien conçu pour rendre service. En effet, ce qui est important dans le job, c’est le résultat. C’est l’impact. Ce sont les conséquences. C’est le produit. C’est le service. Ce n’est pas vous.

Vous aimez coder, mais pour améliorer le produit, vous devez passer manager. Vous aimez votre petite entreprise, mais votre produit a du succès donc vous allez devenir une grande entreprise. Des gens vont tenter de vous décourager dans votre projet, mais vous allez quand même essayer. Vous commencez par un travail pas terrible, mais vous avez besoin de faire vos preuves pour pouvoir gagner la confiance des autres acteurs et gagner en impact plus tard. Vous préféreriez avoir le rôle de votre collègue, mais il est meilleur que vous et votre impact serait supérieur dans un autre rôle. Vous êtes soumis à des règles contraignantes, mais efficaces.

Les infirmières pleurent en rentrant chez elles. Les médecins suivent des patients qui décèdent. Les entrepreneurs essuient échec après échec. Les profs ont des élèves insupportables. Les pompiers risquent leur vie. Mais ces gens continuent !

Quand vous faites vos heures supplémentaires, quand vous faites une nuit blanche, quand vous mangez en 5 minutes, y a-t-il sens à le faire si ce n’est pas pour aider quelqu’un ? Pourquoi faire tant de sacrifices si ce n’est pour accomplir une mission qui vous dépasse ? Si ce n’est pas pour faire en sorte que le monde soit meilleur après votre passage ?

4 Critères positifs 🔵 pour optimiser l’impact que je veux avoir sur le monde [⭐⭐]

Cette note de 5 est justifiée par ce qui a été dit au dessus

Tout ce qui va suivre n’a rien de révolutionnaire. Comme le job est bien conçu pour rendre service, augmenter son impact social équivaut en fait à faire carrière. Or cette question est déjà assez bien traitée. Néanmoins, je reprends une formalisation élégante que j’ai trouvée qui permet d’être clair.

1. Travailler dans mon problème et là où je suis capable de faire le plus d’impact
Travailler directement dans le domaine qui résout le problème que vous avez choisi. Il y a toute une chaîne qui va de la découverte scientifique à son application dans un service réel (je vais appeler ça un produit). Quel est l’endroit où vous êtes capable de travailler qui va optimiser votre impact ? Est-ce que le goulot d’étranglement est la prise de conscience du problème, la recherche scientifique fondamentale, l’ingénierie de la solution, la promotion de la solution, le financement de la solution, la facilité d’utilisation de la solution, l’automatisation de la solution, la dématérialisation de la solution, l’adoption politique de la solution, la main d’œuvre ?

En médecine, faut-il aujourd’hui plus de médecins ? Ou plus de recherche biomédicale ? Ou plus de recherche de technologies de diagnostic (imagerie par ex) ? Ou plus de développement de technologies ? Ou plus d’accès (distribution de vaccins, désenclavement) ?

Je n’ai pas dit que les réponses à ces questions étaient faciles. Il y a des gens qui travaillent dans le domaine et qui savent. Trouvons-les ! !

2. Pouvoir d’influence
Est-ce que votre statut vous permettra de pointer les problèmes et promouvoir la participation aux solutions à un certain public ?

Kim Kardashian, si tu m’entends, le blog c’est kodori.fr

3. Investissement de carrière et talents transférables
Peut-être que pour avoir un impact social plus grand, il est judicieux de développer des compétences, un réseau et des qualifications qui vous rendraient plus efficace dans le futur. Peut-être même dans un autre domaine en attendant. Si c’est le cas, veillez à ce que vos talents soient transférables ou généraux.
Ex : travail en management, développement informatique, data science, maths appliquées, économie.

4. Salaire
Vous pouvez aussi avoir un impact en soutenant financièrement votre problème (même si vous ne travaillez pas dans le domaine !).

Ex. Donner à une œuvre caritative efficace, crowdfunder un produit, investir dans une entreprise innovante.

Soutenir un entrepreneur web qui débute \o/

Critère négatif 🔴 majeur

Travailler à l’élaboration de quelque chose qui est dangereux pour les gens et qui s’impose à eux, ou, plus subtil, qu’ils consomment volontairement en pensant que c’est bien pour eux. Et ce de manière à ce que le bilan global de son passage sur Terre est socialement négatif.

Je tiens à dire que ce blog n’est pas là pour donner des leçons de morale, il a plutôt l’intention de donner les moyens d’être honnête avec soi-même.

Mon avis : [🔺🔺🔺🔺🔺] Il me semble que ce n’est dans les objectifs de personne de rendre le monde moins bon qu’avant. Je pense aussi que, malheureusement, certains métiers à la mission mauvaise servent des intérêts, donc il existent, et parfois même ils fournissent des conditions attrayantes.


Conclusion

▪La passion a tendance à être sur-estimée, en plus d’être rare.
▪Le temps que l’on se garde pour ses relations a tendance à être négligé
▪« Faites ce que vous aimez » serait peut-être plus pertinent en disant « faites un travail engageant, et dont la mission vous importe »


Liens externes

▪Le site 80000hours qui est très extensif sur l’optimisation des résultats altruistes et pour le moment adressé à des gens qui ont fait de « grandes études ». En tout cas très bien documenté. Sans doute une source de référence, bien que critiquable. (en anglais)
▪L’article sur la synthèse des recherches sur le bonheur, de 80000 hours (en anglais)
▪Le livre Flow (Version Anglaise)
▪Le livre Flow (Version Française)


Et vous ?

Qu’est-ce que vous auriez aimé qu’on vous dise plus tôt ?
Quels sont vos conseils ?


Vous avez aimé cet article ?

4 réactions au sujet de « Choisir un métier : restons calmes et soyons clairs »

  1. Trois choses de cet article que je retiens le plus :
    1) il faut déterminer ce que je veux le plus être et le plus faire
    2) ce que je suis n’est pas forcément ce qui sert
    3) professionnaliser une passion est trop surestimé

    Merci K !!

      1. Je suis venue lire l’article avec l’interrogation suivante, mais je suis pas sûre d’y avoir pu y trouver un éclairage….

        Comment choisir entre un métier avec lequel :
        – ce que j’exerce constitue ce que j’aime
        OU
        – les résultats que je génère sont ce que j’aime

        1. Alors effectivement, ce sont deux axes à distinguer et pertinents : ce qui est bien dans le processus et ce qui est bien dans le résultat.
          Évidemment, le pire est de n’avoir ni l’un, ni l’autre, et le mieux est d’avoir les deux.

          Mais s’il n’en fallait qu’un ?

          L’article dit qu’en quelque sorte, cela semblerait faire plus sens d’être plutôt orienté résultat, dans la mesure où :
          — C’est l’essence d’un job pour lequel tu es rémunéré : parce que tu résous les problèmes d’autres personnes (a.k.a. tes clients, tes utilisateurs)
          — Du coup, on constate et on comprend que les métiers sont bien conçus pour cela. Si tu es orientée résultats, les gens voudront travailler avec toi ou être tes « clients », puisque pour toute personne qui n’est pas toi, c’est surtout la valeur que tu apportes qui les intéresse. Si tu es orientée résultats, tu as intérêt à faire carrière, à gagner en connexions, qualifications etc. car c’est un investissement sur l’impact que tu vas avoir. Si tu es orientée résultats, tu vas pouvoir faire des choix qui sont déplaisants pour soi, faire des sacrifices, faire un changement d’habitude pénible mais efficace.
          — Il y a donc un aspect fonctionnel et un aspect spirituel. Ton état d’esprit te fait avancer dans l’impact que tu vas avoir. Le métier devient meaningful/purposeful, parce qu’il est altruiste. Parce qu’il s’agit de faire quelque chose qui nous dépasse, que l’on pense bien, etc.
          Les défauts ?
          — Nous sommes des humains faibles, et un métier bien en process permet de « tenir » au jour le jour. Donc l’aspect fonctionnel est à contrebalancer.
          — Je pense que l’envie authentique d’altruisme suppose d’abord un épanouissement personnel. Et donc des besoins remplis. Si dans le reste de ta vie tu ne fais jamais un truc qui te plaît, ça me semble compromis. Si tu aides des gens à résoudre leurs problèmes alors que tu t’en créées, ça me semble pas terrible.
          — Si le processus te sort par les yeux au point de te rendre mauvais dans ce que tu fais, alors tu es moins performante et donc tu prends en charge des projets de moins grande ampleur. Si le processus te plaît, tu vas être meilleure.

          Enfin, il paraît que « ce que l’on aime faire » est quelque chose qui change.

          Ce n’est bien sûr pas une réponse définitive, mais j’espère que ça t’éclairera !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *