La dissension a trois versions (2/3)

La dissension a trois versions (2/3)

Avez-vous lu la partie 1/3 ? Voir La dissension a trois versions (1/3) ↗️

Juste avant, nous avons écouté la version du lésé, maintenant il est temps de déterrer la version de l’accusé.

Eh mais, pourquoi est-ce qu’on ne s’arrêterait pas là ?

Parce que la version du lésé n’a permis que d’éclaircir la partie “Conséquence” de la chaîne. Quentin🦊 , le lésé, a raconté en quoi il avait un problème.

INTENTION × PARADIGME × SITUATION = CONSÉQUENCE

La version de l’accusé

Pour cela, changeons de personnage, et devenons Ben🐼, l’accusé, et répondons aux questions 3 et 4.

🔳3. Avais-tu l’intention que Quentin t’a attribuée ?

À la question 🔳2, Quentin🦊 m’a attribué une certaine intention qui lui paraissait négative.

Rappel : Quentin🦊 a dit qu’il interprétait les évènements par le fait que pour Ben, leur relation était secondaire.

Était-ce vraiment mon intention ?

« Oui »

En effet, je 🐼 me dis 💭 :

Il est vrai que je n’avais pas envie de passer autant de temps avec Quentin🦊. Pour moi nous ne sommes pas assez proches pour que je m’investisse autant qu’il l’a décrit et… j’ai du mal à imaginer que l’on devienne un jour aussi proches. Je veux dire… c’est un renard. Et ça m’arrangeait beaucoup de pouvoir dormir chez lui.

Si j’avais effectivement l’intention négative/malveillante que Quentin m’a attribuée, l’Acte I est terminé. Il est temps de passer aux excuses (→🚪 Acte II [en construction !]).

« Non »

🐼 💭 : Mmh non je n’ai vraiment pas l’impression d’avoir voulu mal faire… Je suis un panda je vous rappeeelle

Là,  vous n’aviez pas cette intention négative, alors vient la question suivante :

🔳4. Que s’est-il passé ?

Il y a deux catégories de réponses possibles :
a. Par faiblesse, j’ai fait des choses que je ne voulais pas vraiment faire 😩.
b. Ce que j’ai fait est exactement ce que je voulais faire 😇.

Plus précisément, il y a un dosage de a.😩 et b.😇

Expliquons-les.

a. Par faiblesse, j’ai fait des choses que je ne voulais pas vraiment faire 😩.

🐼  : Ouais, en effet, je te prévenais au dernier moment de mes autres rendez-vous. Je pense que c’est parce que je sentais bien qu’il y avait un malaise. Plus je me rendais compte que tu étais plus investi que moi, plus je me sentais mal d’avoir à annoncer mes indisponibilités. Du coup je les procrastinais un peu jusqu’au dernier moment…

Là, je 🐼  suis en train de dire qu’effectivement, je ne suis pas très fier de la manière dont les choses se sont passées. Je ne suis pas fier d’avoir pris le chemin facile, j’ai eu la faiblesse de céder à la paresse ou à la peur. J’ai manqué de proactivité. Je n’ai pas agi selon mes principes, selon mes valeurs, etc.

Toutes ces choses que Ben🐼 a « mal faites par faiblesse », c’est un peu ce que l’on pourrait qualifier de « circonstances atténuantes ». Il y a eu des obstacles qui lui ont rendu la tâche plus difficile, des forces qui sont allées contre lui ; elles atténuent sa « culpabilité », mais ne l’effacent pas.

Ce que je viens de dire part du principe que l’on prend la responsabilité de ses actes. La base.

Dans ce cas-ci, si on regarde à travers la chaîne Intention Situation Paradigme Conséquence :

  • La conséquence est mauvaise (← plainte de Quentin)
  • L’intention était bonne (Ben vient de le dire)
  • La situation lui était défavorable (Ben vient de le dire)

INTENTION × PARADIGME × SITUATION (défaveur) = CONSÉQUENCE

Les principes essentiels de a.😩

Encore une fois, le secret d’une dispute réussie dépend de l’état d’esprit des participants, et de la manière dont ils mènent cette dispute.

Ben🐼,
🌟 Il s’agit d’admettre que tu as tort. Le spectre des comportements varie de celui qui s’attribue trop de torts à celui qui ne s’en attribue pas assez. Cela vient avec l’expérience mais en tout cas, l’idée est de viser l’honnêteté. Admettre honnêtement un tort est un acte de vulnérabilité. C’est un acte de confiance en l’autre, et d’acceptation de toi-même. Tu baisses tes armes. L’autre peut te faire très mal s’il le décide. Mais c’est pour ça que si vous vous en sortez, votre lien sera renforcé.

Quentin🦊,
🌟 Ben va se montrer vulnérable en admettant ses torts. Tu as entre les mains le pouvoir d’accentuer sa honte, sa culpabilité, ses défauts, ses faiblesses. Fais très attention. Imagine que ce sont les tiens.

b. Ce que j’ai fait est exactement ce que je voulais faire 😇.

🐼 : Effectivement, j’avais bien pris la décision consciente d’organiser d’autres choses pendant ma venue à Agloe. Quand nous avions discuté ces derniers temps, par messages, tu avais l’air particulièrement occupé. Tu répondais rarement à mes messages, et quand tu le faisais c’était en mangeant. Tu disais que tu étais à fond, dans tes recherches de job, etc. J’ai donc pris mes dispositions en organisant d’autres rencontres, pour ne pas que tu m’aies sur le dos.

Ici, Ben a fait exactement ce qu’il avait l’intention de faire, et d’ailleurs, cette intention était bonne/neutre. Les échanges des jours précédents avaient fait penser à Ben que Quentin ne serait pas très disponible. Ben a pris ses dispositions. Mais quand il est venu à Agloe, il y avait un écart d’attentes.

Et surtout, Quentin🦊 ne s’était pas du tout rendu compte de cette perception que Ben a eue.

Ainsi, il y avait un problème de clarté de la situation. Quentin ne voyait pas tout.

INTENTION × PARADIGME × SITUATION (obscurité) = CONSÉQUENCE

Les principes de b.😇

Quentin,
🌟 Il va falloir écouter et t’efforcer de comprendre ce que dit Ben. Quitte à lui poser des questions, et à lui laisser le temps de répondre (surtout qu’il ne s’attendait peut-être pas à devoir se justifier). Quitte à t’éloigner de ta version. Cette fois-ci, c’est à ton tour de l’écouter. Ton cerveau risque de résister, parce que tu es impliqué émotionnellement, parce que tu as beaucoup pensé au problème et as commencé à développer des certitudes. Tu risques de résister parce que tu viens de dire que tu étais blessé et que Quentin est en train de dire « mais non j’ai rien fait ». Mais rappelle-toi que d’une part, il n’y a pas forcément de fautif, il y a des malentendus ; et d’autre part, tu peux espérer de la compassion de Ben en outre.

Fin de l’Acte I ?

La version de l’accusé vient d’être déterrée. Je vais déjà remarquer que, si Quentin et Ben sont arrivés jusque là, la majorité du travail émotionnel a été fait. Il est positif si Quentin et Ben ont raisonnablement respecté les principes que j’ai cités.

Tous ces principes tiennent en un seul mot : écouter 👂. Écouter au sens de tenter activement de comprendre. Écouter au sens de l’empathie. C’est 53 % de ce qui cause la connexion émotionnelle.

Pour tout vous dire, il y a une époque, écouter/être empathique c’était pour moi « juste » un truc bien, de personne gentille, mais en fait, c’est un truc fondamental de malade.

Est-ce que l’on a fini l’Acte I ? Pour cela, il faut répondre à la question 5, très simple :

🔳5. Est-ce que Quentin a compris la version de l’accusé ?

Oui

Alors l’Acte I est fini, et l’Acte II c’est par là → 🚪 Acte II [en construction !]

Non

Alors c’est par là pour la 6e question ! → Article La dissension a trois versions (3/3) ↗️


💬 Une réaction, un commentaire pour moi ?


🗃️ Lire un autre article

Se téléporter vers la liste des articles 🌌


2 réactions au sujet de « La dissension a trois versions (2/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *